Text Size

Chroniques R&B

Noel Gourdin - [Fresh] The Definition

Écrit par Nico Nusoul Dimanche, 12 Juin 2011 04:01

Je ne suis pas un grand fan de R&B nouvelle génération, mais certains artistes de cette mouvance trouvent grâce à mes oreilles. Noel Gourdin en fait clairement parti !

Noel Gourdin, je l'ai découvert d'abord sur "After my time", un album produit par Epic (une major donc..) et plutôt à tendance Nusoul (façon Musiq Soulchild des début, pour vous situer).  Certaines chanson comme "You're the one" , je les ai écouté en boucle à cette époque.

Le premier album est passé inaperçu, malgré une réussite avec le single "The River" qui a atteint la première place des charts outre atlantique.Cette année (en avril 2011) est sorti son second album intitulé "[Fresh] the definition".  Etrangement, c'est maintenant qu'il est sur un label indépendant (label E1 - Mass Appeal Entertainement) que N. Gourdin propose essentiellement des morceaux mainstream ! En général on fait plutôt le chemin inverse : je suis presque certain qu'Epic aurait préféré produire ce nouvel album !

Subtile mélange de groove et de très belles mélodies portant une voix riche et assurée, cet album est  doté de qualités indéniables.  Même si les thèmes sont toujours et inlassablement les mêmes (l'amour l'amour l'amour....), Noel Gourdin arrive à mettre les bons mots sur les sentiments qu'il veux décrire. Les textes sont bien écrits, et leur traduction n'est pas du tout ridicule malgré les  sujets abordés.

D'entrée, il affiche la couleur avec "In Love", une très jolie ballade, qui nous embarque tranquillement sur le chemin de l'album. Dans le même esprit on retrouve en fin d'album "Young Love",  légèrement moins bien réussie mais doté aussi d'une mélodie inspirée.  Globalement, les mélodies sont un point fort de l'album. "Not Around" en est encore un autre exemple, même si le coté r&b s'y fait plus présent.

Avec le single "Beautiful", on revient au base du R&B avec un beat saccadé et un style plus moderne. Ce morceau se positionne comme un titre phare de l'album. C'est d'ailleurs le premier à bénéficier d'un clip, tout en étant déjà bien classé dans les charts US.   "Brand New (fresh)" suit la même tendance, un morceau frais comme son nom l'indique, plutôt rythmé, censé vous redonner la pêche après une séparation ! (Vous savez cette sensation de re-naitre, de pouvoir "recommencer une partie" à zéro....). Thème complétement opposé au morceau "Puppet" qui traite de l'aliénation à l'amour faisant de nous des marionettes. Mais sur la forme, "Puppet" et "Brand New" sont du même accabit, construits de manière quasi-identique. Un peu plus de diversité aurait été appréciable.

Quelques chansons sont nettement plus posées, à la limite du piano-voix : "Been a long time", "Only you", "No regrets". Si "Been a long time" est très jolie, construite autour  d'une superbe mélodie (encore!), les deux autres titres sont loin d'être à la hauteur, et reste tout juste quelquonques.

Mon coup de coeur restera "Save Our Love" qui est la très bonne surprise de l'album. La choriste Courtney Harell donne le change magnifiquement, et le duo fait de ce morceau une pépite au milieu des 13 autres pistes. Le genre de trésor que je ne m'attendais pas forcément à trouver sur cet album.

"[Fresh] The définition" est un opus de très bonne facture.  On regrettera à peine l'absence de featuring, et on retiendra surtout la qualité indéniable des mélodies composées par Noel Gourdin. Je ne peux que recommander  cet album à tous les fans de R&B "adulte", c'est simplement une des meilleures sorties de 2011 !


[Fresh] The Definition Tracklist:
01 – In Love
02 – Puppet
03 – Beautiful
04 – Brand New (Fresh)
05 – Not Around
06 – Been A Long Time
07 – Only You
08 – Save Our Love
09 – Change For You
10 – Assurance Policy
11 – Young Love
12 – Sex In The City
13 – No Regrets

 

Tank - Now or Never

Écrit par Nico Nusoul Lundi, 30 Mai 2011 01:43

Si Tank est relativement peu connu en France, aucun de ses quatres albums n'a manqué le top 10 des charts US R&B. Pourtant, Durell Babbs de son vrai nom était plutôt destiné à une carrière dans le football américain de haut niveau. Cela explique sans doute sa carrure plus qu'imposante et qu'il n'hésite d'ailleurs pas à exhiber sur ses pochettes, dans ses photos, ses clips...bref, partout ! On a souvent parlé du clip de D'Angelo ("how does it feel"), mais je crois sincèrement que le corp de Tank m'a toujours plus impressioné...(surtout quand on voit ce qu'est devenu le 1er...)

Après avoir "appris le métier" aux cotés de Ginuwine pour qui il sera choriste, Tank sort finalement un album solo en 2001,  "Force of nature". Le succès est au rendez-vous, et le conduira de "One Man" (2002) à "Sex Love and Pain"(2007) jusque "Now or Never" sorti en décembre dernier toujours chez Atlantic Records.

Il travaille également en tant qu'auteur/compositeur auprès d'artistes comme Dave Hollister, Tyrese, Omarion, Marques Houston... voilà de quoi situer ses influences ou tendances. Néanmoins ses albums sont généralement un peu plus matureset plus posés que ceux de ses compères.

Clairement positionné sur le créneau R&B, Tank s'associe cette fois à Drake, Chris Brown ou encore J.Valentine pour son dernier opus. Autant en parler tout de suite, les trois morceaux en question (dans l'ordre, "Celebration", "Foreplay" et "On my Way") sont juste passables. D'un featuring on s'attend en général à une production au dessus des autres, non ? Et bien dans cet album c'est l'inverse ! Les featurings n'apportent pas grand chose, et ne changent pas la tonalité de l'album... on reste très largement sur sa faim.

Globalement l'album est d'ailleurs beaucoup trop homogène, on a l'impression d'écouter toujours la même chose du début à la fin. Oh, je ne dit pas que c'est mauvais, mais en tous cas, ce n'est pas le Tank qu'on a connu. Pas de titre d'anthologie à la "One Man", "My Places" ou encore "Coldest", que l'on retrouve sur les anciens albums.

Pourtant ça commence bien avec un "Sex Music" tout à fait dans le ton. Ca sonne "moderne", et la voix de Tank est bien présente, toujours aussi puissante, et toujours aussi douce s'il le souhaite... Un petit peu de vocoder par ci par là, mais sans abus, font de ce titre un des piliers de l'album.

A noter que les paroles chez Tank ont toujours été chaudes, mais on atteint encore des sommets cette année. Et je ne parle pas de "Sex Music" qui reste malgré tout assez soft... Non moi c'est "Scream" qui m'a interloqué avec son refrain simulant les cris d'une femme en action. Pourtant les lyrics sont tellement bien tournées, et finalement pas vraiment vulgaire, que c'est même devenu ma chanson préférée sur "Now or Never". Peut être aussi car c'est celle qui est la moins "semblable" aux autres... ?

J'ai beaucoup aimé "Can I" également. C'est du vrai Tank, titre qui aurait presque pu se trouver sur un ancien album. A la fois rythmé, doux et puissant. La puissance c'est un mot qui revient souvent quand on parle de cet artiste, et c'est normal vu la force qui semble être véhiculé dans sa voix. C'est juste grisant et je n'imagine même pas l'effet que cela doit provoquer chez une femme...  Au passage, inutile de trop fantasmer quand même car le monsieur est papa de quatre enfants !

Peu de chose à dire sur le reste de l'album. Les pistes s'enchainent et se ressemblent, j'ai presque envie de vous dire qu'elles sont les clones les unes des autres à quelques détails près. Et puis l'emploi du vocoder est un peu trop récurrent... Reste alors "I can't make you love me" qui joue sur le coté intimiste "piano/voix" pour se démarquer avec succès. Exit les effets spéciaux, nous voilà carrément dans le noir et blanc (cf le clip du titre). Mais bon ce n'est pas trop mon genre de chanson, même si elle est très réussie dans son genre.

"Now or Never" est donc décevant, notamment par son coté monotone, un peu comme si toutes les productions étaient faites dans un même moule. C'est dommage ! Par ailleurs, les projets de Tank semble le conduire à intégrer un groupe avec Ginuwine et Tyrese (TGT), groupe qui pour l'instant ne peut se mettre en avant puisque les trois artistes sont signés sur des labels différents... affaire à suivre donc !

Now or Never Tracklisting :
01. Showtime
02. Sex Music
03. Celebration feat. Drake
04. Emergency (Intro)
05. Emergency
06. Scream
07. Keep It 100
08. Foreplay feat. Chris Brown
09. Can I (Intro)
10. Can I
11. Amazing
12. You Mean That Much
13. I Can’t Make You Love Me

   

Joe - Signature

Écrit par Janique Vendredi, 13 Mai 2011 16:20

Joe - Signature. Sortie chez Kedar Entertainment le 20/09/2009

Magic : L’album commence tranquillement par un titre sur la magie de l’amour. Le ton est donné.

Sexy girl : Changement de rythme sur ce titre où Joe explique à une jeune demoiselle qu’il a le coup de foudre pour elle et il compte bien lui faire savoir à sa façon.

Special Friends : C’est une ballade romantique sur le thème de l’amitié où Joe explique qu’il ne veut plus d’aventures sans lendemain, il veut vivre une histoire sérieuse. L’interprétation est magnifique avec un accompagnement instrumental de toute beauté tout au long de ce morceau d’exception.

Friends Don’t Let Friends : Comme dans beaucoup de ces titres ici Joe parle de sexe et plus particulièrement de deux relations différentes (amicale et sexuelle)

Worst Case Scenario : Ce titre sera mon coup de cœur. Le magnifique grain de voix de Joe, qui imagine le pire scénario, est plus qu’embellit sur celui-ci. C’est propre, l’échange avec ses choristes est vraiment parfait, il y a un véritable relationnel, ce qui fait qu’ils ne font plus qu’un.

Wanna Be Your Lover: Ballade où l’on a rapidement envie de fredonner le refrain entrainant “wanna be wanna be wanna be your lover....”. Joe veut être le parfait amant et il l’exprime complètement sur ce morceau.


Miss My Baby : Ambiance beaucoup plus intimiste style piano bar où Joe exprime sa détresse, il n’arrive pas à faire le deuil de la relation avec sa dulcinée et se refuse à lui dire adieu. Tel un drogué que l’on force au sevrage, Joe refuse de sortir sa compagne de sa vie et de son cœur.

Come Get to This : Titre qui traite du même sujet que le titre précédent mais où le sexe fait de nouveau son apparition. Changement de rythme sur  ce morceau dont la mélodie est dirigée par le djembé et le saxophone.

Metaphor : Belle déclaration aux sonorités latino où Joe dévoile l’amour qu’il peut porter à sa compagne,  malgré les aléas quotidiens de la vie de couple.

Love’s Greatest Episode : Joe veut vivre sa plus grande histoire d’amour, il veut une histoire qui ne se finisse jamais. Sur ce titre, nous avons un Joe, en véritable Soulman prêt à tout et qui se donne vocalement.

Sensitive Lover : Ce titre très soul est un coup de frais et de légèreté dans l’album, on change complètement de registre pour bien clôturer l’album.

A noter la présence du bonus track “Change” qui n’est pas interprété par Joe, mais par sa labelmate Lylit, qui pour moi n’a pas réellement sa place dans l’album. Le titre est beaucoup trop pop. Nous avons ici un Joe franc, direct, sans tabous qui nous montre encore une fois qu’il est un crooner digne de ce nom et surtout un expert en slow jam. De plus musicalement le niveau est plus qu’élevé, tout est bien coordonné, les choristes sont talentueux, ce qui fait de cet album une réussite. Le succès est encore plus mérité puisque Joe a écrit, produit et arrangé la grande majorité des titres de “Signature”.

Signature tracklist :

1. Magic
2. Sex Girl
3. Special Friends
4. Friends Don't Let Friends
5. Worst Case Scenario
6. Wanna Be Your Lover
7. Miss My Baby
8. Come Get to This
9. Metaphor
10. Love's Greatest Episode
11. Sensitive Lover
12. Change

   

Mint Condition - 7

Écrit par Andy Mardi, 03 Mai 2011 12:46

Mint Condition - 7

Après 20 ans de carrière et avoir traversé différents courants musicaux, on a juste envie de faire de la musique et ne pas se prendre la tête sur le titre de l'album. Et pour le coup, ils ont fait le bon choix. Heureusement pour moi parce qu'habituellement, je ne suis pas preneur de leur musique... Je ne sais plus vraiment pourquoi mais les seuls souvenirs que j'en ai sont des écoutes écourtées.

Pour me donner envie d'aller plus loin que d'habitude, le voyage ne pouvait mieux commencer qu'avec "Can't Get Away" puis "I Want It". Du pur funk électrique qui saura plaire tant à ceux qui ont juste envie de danser qu'aux fans des Cameo, Prince & Cie.

Puis vient une ballade légèrement rythmée : "Walk On" ou l'histoire d'un homme qui trouve toutes les raisons du monde pour ne pas résister (la fille, ses mots et/ou ses baisers, la pluie et même la porte). Une raison pour moi de continuer le voyage et de passer à "Mind Slicker". Une mélodie midtempo très agréable mais légèrement gâchée à mon goût par un abus de synthé sur un refrain trop niais et répétitif. Le petit set de batterie à la fin du morceau permet quand même d'atténuer ce mauvais goût.

Après tout ses synthés, on revient à du plus classique "Caught My Eye", 1er single extrait de cet album... Du trop classique même ! Et du coup je me rappelle pourquoi je n'ai jamais accroché avec MT : des singles trop simples musicalement avec un gout de soupe à la guimauve. Mais ça leur a déjà apporté des disques d'or dans le passé donc... (le titre "Unsung" me fera le même effet)

J'en arrive enfin à la curiosité de cet album un détour par la bossa-nova ! Et j'aurais voulu dire du bien de leur "Bossalude" mais elle me donne l'impression d'écouter la programmation d'une boite à rythme plutôt que la composition de vrais musiciens qui ont 20 ans de carrière.
Le détour continue vers du hip-hop jazzy avec le court mais très bon "7". Les paroles valent également le détour car "7" retrace (leur vision de) leur parcours jusqu'à ce 7ème album.

Fini les détours et retour à ce qu'ils maitrisent : le funk  avec "Ease The Pain". Cette fois, il est plus classique, moins électrique mais tout aussi groovy et réussi.
Puis vient un morceau que certains connaissent déjà. "Not My Daddy" sorti il y a peu pour annoncer le dernier album de Kelly Price ("Kelly" chez My Block Records, déjà disponible). Il était très bon à sa sortie, il l'est toujours. Ce "7" ce termine en beauté avec un morceau atypique mais cruel de réalité. "20 Years Later" où le spleen d'un homme qui aurait pris une trajectoire bien pathétique depuis 20 ans (tout parallèle avec le succès de MT pendant cette même période est je crois le bienvenu). Le tout sur une sonorité très jazz-soul.

Pour "7", j'ai donc tourné 7 fois ma langue dans ma bouche avant de dire que je n'aimais pas la troupe des 5 gars de Minneapolis. 11 titres plus tard, j'étais conquis. C'est un voyage à travers différents styles musicaux avec quand même quelles escales dont je me serais passé.

7 - tracklist

1. Can't Get Away
2. I Want It
3. Walk On
4. Mind Slicker
5. Caught my eye
6. Bossalude
7. 7
8. Ease The Pain
9. Unsung
10. Not My Daddy
11. 20 years later

   

Ciara - Basic Instinct

Écrit par Suria Moon Samedi, 30 Avril 2011 21:10

Ciara - Basic Instinct sortie le 14 décembre 2010 chez LA Face Records (Jive)

Après l'avoir connu en 2004 avec son célèbre style "crunk'n'b" , Ciara Princess Harris nous a livré un 4ème opus intitulé Basic Instinct et co-produit avec Tricky Stewart et The Dream.

Le premier single de l'album est "Ride" en duo avec Ludacris. Cette chanson a été classée dans le top 10 des meilleurs ventes de singles au sein du classement Billboard R&B/Hip-Hop.

A 25 ans, ce nouvel album confirme sa maturité et sa féminité. De plus grosses prises de risque dans les vidéos clips, censurés pour certains (Ride). Tout comme la plupart des artistes R&B Entertainment du moment (Usher, Chris Brown...), Ciara a voulu surfer sur la vague "RNB electro Dance" destinée aux clubs.

Des titres comme Girls get your money, You can get it ou le Turn it up en feat avec Usher sont efficaces et bien produits.

Niveau texte, les amateurs de figures de styles seront déçus. Ce n'est pas le but de Ciara que d'écrire des textes qui poussent à la réflexion. Nul ne lui en voudra d'ailleurs... A chacun sa recette du succès ou pas: "I'm trying to have a private party in your room, I'm feeling kinda naughty" dans le titre Heavy Rotation ou encore "You can entertain him a day, but I know what he likes for dinner." dans le titre Wants for dinner.

Du up-tempo ou mid-tempo, Ciara comme à son habitude navigue comme un capitaine sur les eaux du R&B. Des titres comme Speechless ou I run it nous rappelle le sublimissime Promise de l'album The Evolution paru en décembre 2006.

Basic Instinct n'a pas eu le succès commercial que souhaitait Ciara, et cela commence à devenir une mauvause habitude après l'échec du précédent album Fantasy Ride pour lequel les ventes de ses disques ont eu du mal à décoller. Problème de Label ? La chanteuse déclare vouloir quitter Jive Records pour pouvoir explorer sa créativité. Ce dernier aurait saboter la promotion de ses deux derniers album, en lui coupant ses moyens financiers et ses accès à certaines radios...

Ciara Princess Harris, texane de naissance est une chanteuse, danseuse, actrice, et mannequin. Avec autant d'atouts en sa possession, difficile de croire qu'on puisse mettre cette fille au placard... Pourvu qu'elle garde son Basic Instinct.

Basic Instinct tracklist :

1. Basic Instinct (U Got Me)
2. Ride feat. Ludacris
3. Gimmie Dat
4. Heavy Rotation
5. Girls Get Your Money
6. Yeah I Know
7. Speechless
8. You Can Get It
9. Turn It Up feat. Usher
10. Wants for Dinner
11. I Run It


   

Marsha Ambrosius - Late Nights and Early Mornings

Écrit par Soulfab Samedi, 30 Avril 2011 17:58

Late Nights And Early Mornings - Marsha Ambrosius

1-Anticipation : intro

2-With You: Dans un contexte de relation à distance, Marsha Ambrosius fait part de ses envies charnelles vis à vis de son homme. Le message est explicite, les gémissements de l’artiste encore plus et c’est une petite surprise par rapport ce que l’on pouvait s’imaginer suite à l’expérience Floetry.

3-Late Nights And Early Mornings : Sur ce morceau, on a la confirmation que la tonalité ou dimension hip hop a bien disparu. On se retrouve avec une ballade R&B où le mixage est tel que parfois on a du mal à distinguer clairement la voix de l’artiste. Le morceau est surprenant par rapport à l’image que l’on peut avoir de l’artiste mais pas novateur en terme de R&B.

4-Hope She Cheats On You ( With A Baskettball Player ) : A coup sûr un des meilleurs morceaux de l’album ; la thématique de la tromperie y est abordé et Marsha nous convaincq avec son flow chanté efficace  et le groove du morceau. Un des morceaux les plus proches de ce qu’elle a pu faire avec Floetry. Ce morceau est sorti plusieurs mois avant la sortie officielle de l’album donc il ne constituait pas une surprise pour moi à l’heure où j’écris cette chronique mais c’est une bonne manière de le découvrir ou redécouvrir.

5-Far Away : Le meilleur morceau de l’album sur le thème de la perte d’un être cher en raison de l’homophobie qui existe dans la société actuelle, et qui fait tous les jours des victimes, notamment en raison des nombreuses agressions et suicides qui en découlent. Dans ce style, Marsha Ambrosius excelle.

6-Lose Myself : Marsha y évoque le sentiment de se perdre dans l’amour, se perdre pour peut être mieux se découvrir, mieux s’aimer soi même et aimer l’autre également. Egalement abordé le fait de réussir à faire face à ses peurs pour avancer et mieux vivre sa relation. Lose Myself est titre plein d’espoir et surtout aux sonorités familières.

7-Your Hands : L’amour est toujours le thème principal et ici ce sont les aspects  de la séparation et de la confiance brisée qui sont mis en avant. Le problème c’est que ces moment s que l’on peut vivre dans une vie de couple sont abordés de manière trop classique, trop « gnan-gnan », si bien qu’on en vient vite à s’ennuyer. Essai non transformé pour ce morceau.

8-I Want You To Stay : Avec un titre explicite en soi, le décor est planté. I Want You Stay est un morceau agréable à l’écoute grâce à une belle mélodie.  La relation entre l’homme et la femme est, on l’imagine, tumultueuse. On a là un des morceaux qui sort du lot sur cet opus solo.

9-Sour Times : Expression du mal être lorsque l’on se sent mal aimé par tous, sauf une personne.  Morceau triste mélodiquement et aussi par la tonalité avec laquelle l’artiste chante. Un bon morceau mais aura peut être tendance à vous enfoncer un peu plus si vous être triste.

10-Tears : Bueno, Good, Gut, Bon. Voilà tout ce que l’on peut dire de ce morceau et de cette declaration d’amour efficace. Regrets, tentative de séduction,  tristesse, tout y est et vous aimerez à coup sûr. Les 2mn57 de ce titre paraissent même un peu courtes.

11-Chasing clouds : Après la pluie, viennent les nuages et à un moment ou à un autre, il faut les chasser, il faut repartir de l’avant après une déception amoureuse. Voici le thème de ce morceau un peu plus pop. Un morceau qui s’écoute, sans plus.

12-The Break Up Song: Comme son nom l’indique, ce titre traite de la rupture, de la tromperie ( sous entendue ), de la souffrance amoureuse et du besoin d’espace pour mieux se recentrer soi même .

13-Butterflies (remix) : Marsha Ambrosius nous propose ici un remix du morceau qu’elle avait écrit pour Michael Jackson et qui figurait dans l’album de ce dernier, Invicible, sortie en 2001.  C’est une sorte d’hommage avec cette reprise groove du morceau. Une belle manière de décrire le sentiment amoureux, on aime.

Conclusion :

Late Nights and Early Morning où la chronique d’un premier essai solo réussi qui dérangera peut être les fans de Floetry, mais Floetry n’est plus et Marsha Ambrosius a décidé d’aller là où elle veut aller pour cet album avec du R&B. Avec des morceaux comme Hope She Cheats On You, Far Away, Lose Myself ou encore I Want You To Stay, l’artiste nous confirme tout son talent. D’autres titres comme Your Hands ou Chasing Clouds sont par contre nettement en dessous du niveau général de l’album. Je vous conseille donc l’écoute de cet album où l’amour est traité avec émotion et sensualité.

Late Nights And Early Mornings tracklist
1- Anticipation
2-With You
3-Late Nights and Early Mornings
4-Hope She Cheats On You (With A Basketball Player)
5-Far Away
6-Lose Myself
7-Your Hands
8-I Want You To Stay
9-Sour Times
10-Tears
11-Chasing Clouds
12-The Break Up Song
13- Butteflies (Remix)

   

Page 1 sur 7

Deviens membre Soulvibration.fr